Ou les vacances de Loupiot.

Mon petit bonhomme vient de vivre une première semaine de vacances parfaitement nulle, et il s'en serait bien passé...

Dès le premier jour il se retrouve aux urgences alors qu'il se sent tout à fait bien, et qu'il vient de me dire "maman, tu ne vas tout de même pas m'emmener aux urgences pour trois bleus"... sauf qu'il n'en a pas trois mais une flopée sur les bras, les jambes et un bel oeuf sur le flanc.

Le voilà perfusé (et pas content), et le verdict tombe : "il n'a vraiment plus beaucoup de plaquettes ce petit"... euh, pas beaucoup, c'est un euphémisme... elle sont trois à se battre en duel les louloutes alors qu'elles devraient être au moins 150.000 à assurer !

"Tu ne te brosses pas les dents", "Tu appelles pour aller aux toilettes", "Tu sonnes si tu as mal à la tête ou si tu saignes du nez" "Tu restes au lit", "Tu manges mixé"...

"Mais je vais bien !" répond-il...

Ils m'ont tellement fichu la trouille que le soir de sa sortie (trois jours plus tard) je le ramène en craignant une complication... Là, c'est Greluche qui fait remarquer que quand elle vomît, on ne l'emmène pas à l'hôpital toutes affaires cessantes.

Pendant ce temps, à son chevet, la maman flippée n'a pas chômé :
   Florentino a tellement bien avancé que je vais le défaire, la mort dans l'âme tant le début est raté (étrangement, je maîtrise mieux le jacquard quand je suis stressée).
   Ayant peur de manquer d'ouvrage, j'ai attaqué Donatello pour Greluche et l'ai terminé hier, dans la voiture. Une version tunique d'été pour ma Poulette dont je ne me suis pas beaucoup occupée pendant le séjour de Loupiot auprès des femmes et hommes en blanc.

Là voilà, sur la bête :

Donatello

A présent, Loupiot se repose et se fait dorloter par ses grands-parents... nouveau contrôle des plaquettes demain, puis régulièrement pour vérifier que ça ne baisse pas de nouveau.

A suivre...