pft

Cet article inaugure une nouvelle rubrique, qui sera, je l'espère très peu fournie, mais je le crains débordante.

J'avais entendu à la télé qu'on ne plaisantait pas avec "London 2012", et qu'il fallait avant de prononcer ou d'écrire certain mots, cracher au bassinet de l'entreprise à but uniquement lucratif que sont les jeux, avec ses athlètes plus clean que clean, sans sponsor, et à l'étique (en toc) irréprochable... Mais alors là : on touche le fond de la connerie humaine pour peu qu'il y ait du fric à récupérer.

Trouvé sur Médiapart, cet artice d'Ysabeau :

"L'affaire est sorti du réseau social américain Ravelry qui réunit des tricoteurs, crocheteurs, fileurs, tisseurs du monde entier pour justement se répandre dans les médias y compris hors États-Unis.

Ravelry, pour je crois la deuxième ou troisième fois de sa, encore jeune, histoire, profite du temps des Jeux olympiques pour organiser les Ravelympics des sortes de challenge auxquels les adhérents du réseau peuvent s'inscrire et participer pour gagner... essentiellement des compliments et l'estime des Raveleurs qui suivent les jeux pour la qualité de leurs réalisations et créations dans les arts du fil. Il peut arriver que les gagnants reçoivent des prix de généreux mécènes, lesquelles sont des petites voire de toutes petites structures genre la personne qui file la laine dans son salon, la teint dans sa cuisine et fabriques des marqueurs de tricot dans sa salle à manger. Ça va donc très loin et, on le voit bien, ça peut nuire gravement aux Jeux olympiques. Le comité américain a, cette année, sommé Ravelry de changer le nom des jeux. Faut dire que des bonnes femmes qui tricotent ou qui qui crochètent c'est quand même assez minable (même si certaines pièces peuvent représenter des centaines d'heures de travail, même s'il y a des hommes qui ne sont même pas forcément homosexuels, même si...) et ça nuit gravement à l'image du noble et merveilleux sport.

Cher comité américain de mes fesses, tes athlètes sont chargés jusqu'à la moelle pour pouvoir accomplir sans cesse des performances de plus en plus inhumaines et nettement pas à la portée des amateurs, les énormes sous que brassent les Jeux olympiques puent. Dans cette affaire tu t'es ridiculisé. De quoi avais-tu peur ? Que Ravelry ne s'empare d'un minuscule bout de ton gigantesque gâteau ? Que l'on se mette à penser que les Jeux olympiques pourraient devenir un truc plus sympa et bon enfant au lieu que d'être une énorme machine à brasser de l'argent ?

Remarque, moi les Jeux je m'en fiche un peu vu que, heureusement, on n'a pas à les payer cette fois-ci et sur Ravelry je m'en fichais aussi vu que la compétition ça m'ennuie. Mais bon, faut quand même être tombé bien bas."

J'ajouterai : Cher comité olympique, mes zaiguilles ne transpercent pas mes veines, le chanvre je le tricote, ma dope c'est l'alpaga ou le mérinos (qu'il faudrait que tu laisses pisser en paix), si je suis chargée comme une mule c'est ma voiture qui l'est quand je reviens de Bar le Duc, je ne suis pas sponsorisé, mes créas sont gratos, mon atelier tricot est bénévole et j'aime à y partager mes connaissances sans avoir peur qu'on me "pique mes trucs et astuces" parce que c'est trop chouette de voir progresser les autres...Bref, tricoter ne m'apporte que du plaisir, et c'est déjà mieux que beaucoup.

Si vous voulez leur mettre la honte... ne vous gênez pas !

A très vite...